Le Centre d’infection et d’Immunité de Lille dispose d’un plateau de microscopie à force atomique unique adossé à l’équipe de recherche “Microbiologie cellulaire et physique de l’infection”, les deux sous la responsabilité de Frank Lafont. Ce plateau est composé de 6 microscopes AFM permettant d’effectuer des mesures de topographie d’échantillons biologiques à l’échelle du nanomètre, de la quantification des propriétés mécaniques et des propriétés d’adhésion moléculaire et cellulaire.

  • Bruker Catalyst couplé à un vidéomicrocope TIRF 2 lasers Zeiss en LNSB2
  • Bruker Resolve couplé à un PALM Elyra Zeiss (super-resolution)
  • Bruker FastScan Bio
  • Bruker Multimode 8
  • JPK Nanowizard 3 Ultra couplé à un STED/RESOLFT Abberior Instr. (super-resolution)
  • JPK BioMat couplé à un microscope inversé Zeiss

Ce dernier système dispose de la technologie FluidFM pour la nanomanipulation et la nanoinjection dans les objets biologiques. Une imprimante 3D Formlab 2 est également disponible sur ce plateau.

Les avancées techniques originales majeures réalisées grâce à ces équipements et au savoir-faire de l’équipe CMPI sont :

  • L’introduction et la validation de la Tomographie de dureté (Stiffness tomography) qui permet de déterminer des différences d’élasticité dans les objets biologiques comme les cellules (Roduit et al. Biophys J 2008, 2009 ; Janel et al. Nanoscale 2017) ;
  • La microscopie corrélative comprenant les microscopies électronique et photonique (y compris de super-résolution) et la microscopie à force atomique (appelé CLAFEM, Janel et al., Methods Cell Biol 2017) ;
  • L’automatisation des mesures de force en AFM (Dujardin et al. PLoS One 2019) ;
  • La standardisation des mesures d’élasticité sur cellules (au sein des consortia européen EU-COST AFM4NanoMed&Bio et EU-ITN Phys2BioMed, Schillers et al., Sci Report 2017).

    Quant aux découvertes scientifiques, nous pouvons noter :
  • L’identification du récepteur d’adhésion à N meningitidis (en collaboration avec S Bourdoulous, Bernard et al. Nat Med 2012 ; Maïssa et al. Nat Comm 2017 ; Denis et al. Nat Microbiol 2019) ;
  • La caractérisation de la formation des macroapertures dans les cellules endothéliales suite à l’exposition cellulaire au facteur œdémateux de l’anthrax ou l’Edin de S aureus (en collaboration avec E Lemichez, Maddugoda et al., Cell Host &Microb 2011 ; Gonzalez-Rodriguez et al. Phys Rev Lett 2012 ; Stefani et al., Nat Comm 2017) ;

Pour plus d’information, visitez le site : ICI